Diagnostic de la maladie d'Alzheimer
J. Pellat - O. Moreaud - 1998


Définition - Généralités

Diagnostic positif


1 : Définition - Généralités

1.1 : Les lésions histopathologiques constituent le seul critère de certitude du diagnostic : atrophie cérébrale avec perte neuronale diffuse prédominant dans les régions associatives du cortex, dégénérescence neurofibrillaire (faisceaux de fibres anormales dans le cytoplasme des neurones constitués en microscopie électronique de paires hélicoïdales de filaments) et plaques séniles (noyau central de substance amyloïde et couronne d'axones et neurones en voie de dégénérescence et gliose). Elles débutent dans les régions hippocampiques et entorhinales avant de s'étendre aux cortex associatifs temporo-pariétaux et frontaux.

Ces lésions peuvent s'observer dans la sénescence normale mais en quantité bien moindre et avec une distribution plus restreinte (lobe temporal).

Les lésions histopathologiques font l'unité de la forme présénile (avant 65 ans) seule autrefois à porter le nom de maladie d'Alzheimer et de la démence sénile.
Actuellement, forme présénile et démence sénile sont regroupées sous le nom de "démence type Alzheimer" (DTA).


1.2 : Epidémiologie : : l'âge est le facteur de risque principal. La prévalence est de 2 à 6 % pour les sujets de plus de 65 ans et passe de 15 à 20 % après 80 ans. Des antécédents familiaux se retrouvent dans 10 % des cas, plus fréquemment dans les formes préséniles.

1.3 : Etiopathogénie : elle reste inconnue. Les hypothèses actuelles privilégient une étiologie multifactorielle avec une prédisposition génétique et des facteurs environnementaux. Il semble probable que le phénomène primaire de la DTA soit le dépôt de protéine béta-amyloïde conduisant à la destruction des neurones. Sur le plan moléculaire, les paires de filament en hélices sont constituées de protéine TAU anormalement phosphorylée. Cette protéine est impliquée dans la stabilité des microtubules, éléments essentiels du cytosquelette. Les plaques séniles contiennent de la bêta amyloïde issue par protéolyse d'une protéine plus grande, la protéine précurseur de l'amyloïde (APP). La protéine béta amyloïde résulte d'un clivage anormal de l'APP. Surtout, différents facteurs génétiques ont été mis en évidence: trois gènes ont été impliqués dans les formes familiales précoces (gène de l'APP sur le chromosome 21, gène de la préséniline 1 sur le chromosome 14 et gène de la préséniline 2 sur le chromosome 1). Des mutations de ces trois gènes, se transmettant sur un mode autosomique dominant, sont à l'origine de 70 % des formes familiales à début précoce (qui représentant 5 à 10 % de l'ensemble des cas de maladie d'Alzheimer). Un quatrième locus sur le chromosome 19 a été impliqué dans quelques formes héréditaires mais surtout dans les formes sporadiques de DTA, qu'elles soient à début précoce ou tardif : le gène de l'apolipoprotéine E. Les porteurs de l'allèle epsilon 4 de ce gêne présentent un risque accru de développer la maladie. Il semble donc exister une hétérogénéité génétique, des modifications génétiques variées pouvant conduire à l'accumulation anormale de protéine béta-amyloïde.

1.4 : Neurochimie : les déficits sont dominés par l'atteinte des systèmes cholinergiques projetant sur le cortex à partir de groupes neuronaux situés à la base du cerveau antérieur (nucleus basalis de Meynert et région septale). Mais le déficit biochimique est beaucoup plus étendu et complexe (déficit noradrenergique sérotoninergique, déficit en neuropeptides, somatostatine et substance P dans les neurones corticaux).

 

2 : Diagnostic positif

Le terme de démence est ambigu et fait référence à un stade avancé de la maladie où le diagnostic est évident. Le diagnostic de maladie d'Alzheimer doit être réalisé précocement dans le but d'une prise en charge adaptée médicale, cognitive et sociofamiliale. Or, le diagnostic de certitude ne pouvant être apporté sans preuve anatomopathologique, on se réfère à des critères (Mc Khann et al., 1984, DSM III R et IV, CIM 10) qui débouchent sur un diagnostic probabiliste de DTA "probable" ou "possible" dont l'efficacité est de 80 à 90% des cas. Ces critères ne font que formaliser

2.1 : les principes à la base du diagnostic

- Place centrale occupée par les troubles de mémoire,
habituellement les plus précoces, d'installation insidieuse et progressive, et se manifestant sous forme d'oubli des faits récents dont la fréquence et l'importance dans la vie quotidienne vont finir par alerter la famille. Ce déficit de la mémoire épisodique est le plus apparent mais d'autres systèmes de mémoire sont également concernés, mémoire de travail et mémoire sémantique.
Les faits anciens sont relativement mieux préservés au début de la maladie mais seront également affectés progressivement en cours d'évolution. Certains systèmes de mémoire, soit inconscients (mémoire implicite), soit supportant les routines (mémoire procédurale) sont en partie épargnés au début.
- Association à au moins un autre déficit
cognitif concernant notamment les fonctions instrumentales (langage+++, praxies, gnosies), l'orientation temporo-spatiale, le jugement, le raisonnement et les fonctions exécutives (=fonctions frontales, capacité de penser abstraitement, de faire des plans, de les exécuter et de les contrôler). Présence éventuelle mais fréquente de modifications comportementales et thymiques (apathie ou agitation, anxiété, troubles dépressifs, hallucinations, idées délirantes)
- Installation insidieuse et progressive
sans troubles de conscience ou de vigilance et sans déficit neurologique.
- Elimination de toute autre cause
à même d'expliquer le syndrome démentiel, autre maladie ou lésion cérébrale, maladie systémique, ou syndrome dépressif grave. Cela conduit outre l'interrogatoire et l'examen clinique à la réalisation systématique de certains examens -imagerie cérébrale (TDM ou IRM), examens biologiques (NF, VS, Ionogramme, TSH, sérologie syphilitique)- et occasionnellement selon le contexte d'autres explorations-EEG, PL, sérologie HIV... etc.
arquant donc par un oubli des faits récents) et une amnésie rétrograde plus ou moins marquée (faits anciens).

- Classiquement, la maladie d'Alzheimer dans sa forme typique, comporte une amnésie antérograde, un syndrome aphaso-apraxo-agnosique et une détérioration intellectuelle.
- En pratique, la gravité des troubles de mémoire étant affirmée, on s'attache à rechercher une perturbation "instrumentale" et notamment un trouble du langage, deuxième élément séméiologique de la maladie. Schématiquement, au début, le tableau est celui d'une aphasie anomique avec un manque du mot. Puis apparaissent des paraphasies de plus en plus nombreuses surtout de type sémantique, un discours dyssyntaxique, une compréhension orale perturbée alors que la répétition et la lecture à haute voix sont encore préservées. Ce stade rappelle l'aphasie transcorticale sensorielle. Enfin, l'aggravation progressive conduit à un tableau d'aphasie globale. Les autres perturbations instrumentales fréquentes sont l'apraxie constructive et les troubles des opérations visuelles complexes (troubles visuo-spatiaux, orientation spatiale dans un environnement familier, reconnaissance des visages familiers=prosopagnosie ou des objets=agnosie d'objets). L'apraxie réflexive (imitation de positions des mains sans signification) est précoce mais les praxies gestuelles sont perturbées plus tardivement : Les troubles prédominent sur les gestes transitifs, c'est à dire d'utilisation d'objets.

- En pratique toujours, les troubles de mémoire sont habituellement le symptôme inaugural et longtemps prédominant et même si l'atteinte d'autres secteurs cognitifs n'est pas encore évidente, la probabilité d'une maladie d'Alzheimer est importante devant un trouble massif de la mémoire antérograde installé progressivement et pour lequel aucune autre étiologie n'est mise en évidence.
- Il faut également connaître l'hétérogénéité de l'expression clinique de la maladie d'Alzheimer, les atteintes pouvant prédominer sur une fonction cognitive au début (par exemple le langage) et respecter d'autre secteurs cognitifs.

2.2 : Examen par le praticien

Entretien
Mémoire
Instrumental
Raisonnement
-cohérence et évocation

-trouble aphasique?

-trouble mémoire ?

-anosognosie ?

-trouble com-

portement ?

-orientation temporo-spatiale

-citer 3 derniers présidents

-citer événements actualité

-émission TV regardée la veille?

-retenir 4 mots après 5 minutes

-autobiographie

-dénomination 10 objets et 10 parties d'objets

-gestes transitifs

-praxies réflexives

-dessin rond, carré, cube, marguerite, bicyclette

-dictée mots irréguliers

-description écrite image

-reconnaissance de photos de personnages célèbres

-problèmes

arithmétiques simples

-pensée abstraite

(similitudes) qu'y a t-il de commun entre une orange et une banane ?

-description de procédures (prendre le train, changer une roue, faire une omelette)

 

utilisation du MMS, mini mental state de Folstein et al., 1975
apporte une aide pour quantifier le syndrome démentiel-score maximum de 30-

20 à 24=démence légère

15à 20=démence modérée

<15=démence sévère

 

Examen Neurologique
-doit être normal au début en dehors éventuellement de la présence de réflexes archaïques.

-dans les formes évoluées, possibilité de signes extrapyramidaux akinetorigides (28%), plus rarement de crises d'épilepsie ou de myoclonies (9%).

2.3 : L'évaluation neuropsychologique dans un service de neuropsychologie: Réalisée par des neuropsychologues spécialisés, elle est indispensable dans les formes de début pour trancher entre vieillissement normal, état dépressif et détérioration intellectuelle organique. Les tests utilisés apportent à la fois des données quantitatives standardisées et des profils qualitatifs qui permettent de différencier les performances du patient de celles du vieillissement normal.

2.4 : Problèmes actuels du diagnostic : les autres démences dégénératives

- Le diagnostic précoce est souhaitable pour une prise en charge médico-sociale adaptée et pour l'inclusion au sein de protocoles thérapeutiques. En dehors des protocoles de recherche deux médicaments sont disponibles en ville (en "prescription restreinte", cad initiale et annuelle par spécialiste), la tacrine (Cognex*) et le chlorhydrate de donepezil (Aricept*). Tous deux ont un effet cholinergique par une action anticholinestérasique centrale. Outre les effets secondaires cholinergiques (nausées, diarrhée, vomissements, bradycardie) communs à ces 2 molécules, le Cognex* nécessite une surveillance hépatique très stricte.L’Aricept* a l’avantage de ne comporter qu’une prise par jour et aucune surveillance biologique particulière. Bien que démontrée par des études contrôlées, l’effet de ralentissement de l’évolution de la maladie semble modeste et ne concerner qu’un certain nombre de patients.

- L'inclusion au sein d'un protocole thérapeutique nécessite un diagnostic rigoureux. Or il n'existe pas de marqueur permettant un diagnostic absolu du vivant du patient. La DTA constitue environ 45 % de toutes les démences et 75% des démences dégénératives. Il convient d'éliminer une démence dans un contexte particulier (infectieux, métabolique, endocrinien,toxique, inflammatoire...etc.), une démence vasculaire, deuxième cause de démence (de 15 à 30% des cas) sur la base des données anamnestiques, cliniques et d'imagerie et les autres démences dégénératives:

*les affections des noyaux gris centraux (Parkinson, Huntington, paralysie supranucléaire progressive, atrophie multisystémique) seront évoquées sur la base des signes neurologiques et d'un tableau cognitif de démence sous-corticale. Celui -ci est caractérisé par un dysfonctionnement frontal prédominant (donnant un profil particulier aux épreuves de mémoire) et l'absence de perturbations aphasiques du type de celles observées dans la DTA.

*Des nouvelles démences dégénératives corticales ont été décrites. Parmi celles-ci, il faut connaître les démences de type frontal ou frontotemporal (DTF) représentant 20 % environ des démences dégénératives (deuxième cause de démence dégénérative après la DTA) . Elles regroupent la maladie de Pick (neurones ballonisés et inclusions argentophyles), la dégénérescence frontale sans signe histologique spécifique (dépopulation neuronale et gliose) 6 fois plus fréquente et la démence frontale associée à une SLA. Le diagnostic différentiel avec la DTA peut être difficile et s'appuie sur un âge de survenue en moyenne plus précoce, les troubles comportementaux inauguraux et restant prédominant au cours de l'évolution (syndrome frontal, troubles des conduites sociales, inertie ou désinhibition...etc.) et souvent l'absence de désorientation spatiale. Des tableaux d'aphasie progressive longtemps isolée peuvent correspondre au cadre de la DTF et beaucoup plus rarement à celui de la DTA. Un certain nombre des patients avec DTF sont diagnostiqués comme DTA et traités à tort par la tacrine. Si l'on ajoute d'autres maladies dégénératives plus rares (maladie à corps de Lewy diffus, dégénérescence cortico-basale), il faut surtout retenir que toute démence dégénérative n'est pas une DTA.

 


Références :